Page 4 - observatoire-cetelem-consommation-2014
P. 4

4 /10C’est la noteque les Européens accordentà la situationde leur pays.70%des derniers achats des Européensont été réalisés en magasin.Après cinq années de baisse, le moral des Européens remonteL’an dernier, nous avions quitté les Européens le moral en berne. La crise, mais plus encore la conscience qu’ils en avaient, atteignait son paroxysme. Le mal avait été profond, la convalescence ne pouvait qu’être lente. Cette année, quelques résultats macro- économiques ont laissé poindre une perspective de reprise en douceur. Parallèlement, on enregistre un frémissement, à défaut de véritable rebond, du moral des Européens. Concernant la situation de leur pays, ils accordent une note moyenne de 4,0 contre 3,7 il y a un an. Plus intéressant encore, huit pays affichent un résultat en hausse, dont l’Espagne et le Portugal. En France, le score enregistré est historiquement faible (3,9 vs 4,1). Et le trio de tête reste inchangé, avec respectivement dans l’ordre l’Allemagne, la Belgique et le Royaume-Uni.À titre personnel, les Européens retrouvent également un léger sourire, avec une note qui atteint juste la moyenne (5,0 vs 4,8). Là encore, huit pays sont à la hausse. Un seul est à la baisse: la France (5,2 vs 5,3). La diffé- rence avec la note sur la situation globale est parfois importante, comme en Espagne où le différentiel s’établit à 1,8.Signe supplémentaire que les Européens reprennent espoir en un avenir meilleur, 40 %d’entre eux veulent consommer plus en 2014, contre 33 % l’an dernier. C’est le poste « Voyages, loisirs » qui est le plus plébiscité par les consommateurs.Des magasins toujours bien vivantsLes Européens sont donc prêts à consommer. Et ils le feront sans changer de destination. Le magasin reste, en effet, le lieu de référence pour concrétiser leur foi consumériste. Plusieurs résultats étayent cette affirmation. 70 % des derniers achats des Européens ont été réalisés dans un magasin. 43 % déclarent qu’ils s’y rendront exclusivement pour leurs achats, les Français étant même 59 % à l’affirmer. Par ailleurs, le commerce de détail sur Inter- net aux États-Unis ne représente que 7 % du commerce total. Idem en France, hors alimentation. Internet friendly par excellence, seuls 20 % des Britanniques pratiquent le store-to-web pour effectuer leurs achats. Et surtout, les Européens interrogés par L’Observatoire Cetelem témoignent que magasins et Internet ont tout pour vivre ensemble, et non pas l’un contre l’autre, même si 37 % des consommateurs confirment qu’ils effectueront de plus en plus leurs achats sur Internet.L’Observatoire Cetelem 2014SynthèseMAGASINS ET INTERNET:L’INTERDÉPENDANCE IMPOSÉE PAR LES CONSOMMATEURS2


































































































   2   3   4   5   6